Les constellations disparues

Aimer

nous a dit la nuit merveilleuse,
mais nous dormions
sur les sommets bleus du Silence
sans même apercevoir

les étoiles si nombreuses.

L’aube mère est venue
comme nous remettre au monde
et dans nos yeux d’enfant
brillent intensément

les constellations disparues.

Lumière du Soir

Dans les jardins obliques
ou au théâtre d’ombres
personnages du Caravage
croyez vous donc à la réalité ?

D’un Songe nous venons
et à Lui vous retournerons.
Roses noires, roses blanches,
et nos âmes prises de vertige.

Alors au moins en imagination
allons goûter ce soir
dans la lumière à l’illusion
de ne jamais devoir mourir.

Souvenir

Te souviens-tu quand nous étions
Etoiles,
atomes, fusion, lumière,
soleils dans le noir infini ?

Te souviens-tu quand nous étions
Rivières,
transparences et reflets,
murmures dans la verte campagne ?

Te souviens-tu quand nous étions
Nuages,
dessins d’enfant, couleurs du soir,
voyageurs de l’azur ?

Vois-tu ce rêve que nous sommes
et tout ce qui nous attend
quand nous redeviendrons
tout ce que nous étions ?

L’homme de chiffons

Un vieil épouvantail
aimait au clair du soir
s’enivrer de lumière
en récitant des vers
que seuls entendaient
coccinelles et bleuets.
Remarquant son chapeau
plein d’étoiles rouillées
mais brillantes
un gamin qui passait
entendit son silence.
« Qui es-tu ? » dit l’enfant.
« Je suis l’homme de chiffons
traversé par le vent, »
répondit l’épouvantail,
« gardien du paradis
et professeur de poésie. »

Océan Désespoir

Océan Désespoir,
le ciel n’est pas bleu.
Le soleil s’est caché,
le soleil est ailleurs.

Tes vagues noires cognent
les falaises de craie
et tes lames font mal
au creux tendre du cœur,

et tous, ils tombent
en morceaux,
les mots fragiles
les mots d’amour,

et l’âme lourde
sans qu’on la voie
en toi se noie,
océan Désespoir.