Ressemblances

On ne sait pas très bien
À quoi vous ressemblez.
Certains disent à un homme,

peut-être aux étoiles, la nuit,
au seul mot qui suffit
pour écrire le livre d’une vie,

à « jamais », à « toujours » et à toi,
et tellement plus encore,
je crois.

Illustration : Buddha (Odilon Redon, c.1906)

Lettre aux oiseaux, aux lacs et aux étoiles

Je vous écris ma lettre,
chers oiseaux des forêts
et des montagnes bleues,
vous qui chantez l’aube émeraude.

Je vous écris ma lettre,
chers lacs aux eaux limpides,
vagabonds immobiles
pleins de rêves immenses.

Je vous écris ma lettre,
chères étoiles du ciel,
silencieuses amies
de la Nuit et du bon Dieu.

À tous je vous écris ma lettre
pour vous dire que je suis heureux,
un jour, emporté par le vent,
de vous retrouver tous.

illustration : Daybreak, lake Geneva (Clarence Gagnon, 1913)

L’Ami du soir

Invisible et muet
l’Ami du soir et de l’oiseau
passe par les chemins,
s’arrête dans les jardins.

Sur la rose,
douce lumière,
et pour l’oiseau,
silence d’or.

Croire,
c’est le chercher.
Aimer,
c’est le trouver.

illustration : Pathway in Monet’s Garden at Giverny (Claude Monet, 1901-1902)

Le jour qui naît

L’esprit petit, cette masure aux volets fermés
ne laissant passer que si peu d’amour et de clarté,
que peut-il savoir de la lumière ?

Et l’âme frêle, cet oiseau de papier
qui se déchire et brûle en s’approchant du Soleil,
que peut-elle espérer ?

Mais il nous reste le coeur qui n’a ni mots ni ailes
mais assez de profondeur pour se laisser combler
par la beauté du jour qui naît.

illustration : Dawn in the Hills (Robert Julian Onderdonk, 1922)