L’Ami du soir

Invisible et muet
l’Ami du soir et de l’oiseau
passe par les chemins,
s’arrête dans les jardins.

Sur la rose,
douce lumière,
et pour l’oiseau,
silence d’or.

Croire,
c’est le chercher.
Aimer,
c’est le trouver.

illustration : Pathway in Monet’s Garden at Giverny (Claude Monet, 1901-1902)

Le jardin des orangers

Une allée comme un conte
qui menait vers Jamais
et la fragrance orange
des soirs si longs de juin.

Des potées d’où tombait
en cascade bleu tendre
des fleurs de mots
et peut-être, du bonheur.

Il était une fois
dans un monde voisin
abrité des regards, un jardin
que personne n’appelait

le jardin des orangers.

illustration : orangers sur la route de Séville (Joaquín Sorolla, 1903)

Prière pour les aubépines

Je voudrais faire une prière
une prière qui ne demande rien
la prière buissonnière
d’un écolier poète.

Je la ferais debout
dans un jardin de merveilles
au soir quand au ciel
bleus et roses se mélangent,

et à la brise, aux aubépines,
aux abeilles, au soleil, aux cerises,
aux cailloux, aux étoiles,
je dirais simplement

merci.