Le jardin des orangers

Une allée comme un conte
qui menait vers Jamais
et la fragrance orange
des soirs si longs de juin.

Des potées d’où tombait
en cascade bleu tendre
des fleurs de mots
et peut-être, du bonheur.

Il était une fois
dans un monde voisin
abrité des regards, un jardin
que personne n’appelait

le jardin des orangers.

illustration : orangers sur la route de Séville (Joaquín Sorolla, 1903)