Nuit noire

Emportés par le vent
les rêves bleus se noient
dans la lumière floue
qui rend la mer si belle

et rien ne reste des cris joyeux
des enfants sur la plage
que des éclats de verre plantés
dans les sables du coeur.

Jeux et soirs, tout passe,
et l’on ne voit plus rien
dans la nuit noire, si lourde
d’étoiles et de désillusions.

Lumière du Soir

Dans les jardins obliques
ou au théâtre d’ombres
personnages du Caravage
croyez vous donc à la réalité ?

D’un Songe nous venons
et à Lui vous retournerons.
Roses noires, roses blanches,
et nos âmes prises de vertige.

Alors au moins en imagination
allons goûter ce soir
dans la lumière à l’illusion
de ne jamais devoir mourir.

Souvenir

Te souviens-tu quand nous étions
Etoiles,
atomes, fusion, lumière,
soleils dans le noir infini ?

Te souviens-tu quand nous étions
Rivières,
transparences et reflets,
murmures dans la verte campagne ?

Te souviens-tu quand nous étions
Nuages,
dessins d’enfant, couleurs du soir,
voyageurs de l’azur ?

Vois-tu ce rêve que nous sommes
et tout ce qui nous attend
quand nous redeviendrons
tout ce que nous étions ?

L’homme de chiffons

Un vieil épouvantail
aimait au clair du soir
s’enivrer de lumière
en récitant des vers
que seuls entendaient
coccinelles et bleuets.
Remarquant son chapeau
plein d’étoiles rouillées
mais brillantes
un gamin qui passait
entendit son silence.
« Qui es-tu ? » dit l’enfant.
« Je suis l’homme de chiffons
traversé par le vent, »
répondit l’épouvantail,
« gardien du paradis
et professeur de poésie. »